The day to be a bad girl

I’m on fire 

My mind is clear 

All I need is a little lie 

To make you believe I’m still here 

And i’ll run away to the next forest 

I will disappear 

No one will ever guess 

I’ve never been honest in any way 

U.

Tout est possible

J’ouvre mes yeux 

Je ne suis rien d’autre que la colonie de cellules qui me compose 

Et essaie de rassembler les éléments d’une identité 

Telle une armée de petits scénaristes 

Qui reconstituent la fiction de ce que je suis censé être 

Pour que je sache quoi faire au moment de me lever 

Mais peut être que je me lèverais plus facilement 

Si je ne savais rien du tout 

Cette nuit j’ai rêvé d’un orage magnétique 

Qui effacerait la fiction 

Et me permettrait d’être, rien d’autre que moi

J’ouvrirai mes yeux 

Sans nom 

Sans passé 

Avec une nouvelle curiosité 

Sur ce que je peux faire 

Mon pressentiment est que d’un seul coup les deux mots 

« Pas ça » 

N’existeraient plus 

J.K

Révélation

C’est marrant comme les jours importants 

Il ne se passe rien 

Pas d’éclair pas de tonnerre pas le moindre petit  changement de température 

Tout change, et rien ne se voit 

Ils sont faciles à repérer ces jours,

Ce sont les jours où je n’écris rien 

D’un seul coup, mon cerveau se tait 

Il vit l’aventure 

Très calme, un peu stupide, il attend la prochaine baballe lancée pour jouer avec et courir derrière comme un labrador imbécile. 

C’était moi hier.  

Flatline totale au niveau cognitif 

C’est donc ça le secret ? 

Quand tout bouge, plus rien ne bouge ? 

J’en oublie d’écrire 

Parce que je n’ai plus rien à penser ?

Parce que soudain il y a juste cet espèce de calme content un peu idiot 

Qui n’a absolument rien à dire 

Et tout à vivre. 

Le rien absolu 

Toute . Pensée. Disparue.

« Le vent dans mes cheveux, je n’entend plus rien » 

Je serais vraiment la pire personne pour écrire un journal de voyage 

Est ce que c’est ça le truc ? Est-ce que les humains ont commencer à cogiter et à se torturer à partir du moment où il ne se passait plus rien dans leur vie ? 

Quand elle est devenue monotone, prévisible, anti-exaltante ? 

Autrement dit : A la naissance de l’agriculture ? 

L’homme a commencé à penser, à commencé à écrire, a commencé à se tourmenter parce qu’il se faisait …chier ? 

Une pensée née dans la non-vie 

La discussion de l’ennui 

La rumeur de l’immobilité 

Des pensées grondent dans des corps en cage 

Oh fuck. On s’ennuie tellement de nos jours, figés, emmurés, confinés, encagés que les pensées sont devenues tempêtes, ouragan vengeur, une baston en soi ? On ne se bat plus physiquement : on se bat dans l’espace commentaire des endroits où on mets en commun nos cerveaux . Le corps immobile derrière un écrans, nos cerveaux deviennent fous, enragés, brutaux et recréent des tribus ennemis contre lesquelles ils partent en guerre . Les corps trop civilisés, nos cerveaux redeviennent des sauvages, allument des incendies, brulent des villages, clouent l’ennemi à sa porte . 

Assis sur ma chaise si je rêve de creuser des trous , de plonger mes mains dans la terre humide, de construire un mur de pierre, de courir dans la forêt, 

Peut-être que c’est juste que j’essaie de ne pas devenir fou. 

J.K

Triangle Des Bermudes

 Quelle vie étrange 

Que de flotter parmi les vagues 

De se laisser broyer contre le rocher le plus proche 

Ou emmener vers le plus beau des bateaux 

Quiconque a jamais cru qu’il contrôlait sa vie 

Ne m’a jamais rencontré 

Je veux te serrer très fort dans mes bras 

« Reste avec moi, laisse moi être ta vague » 

Je ne sais pas si mes bras seront assez forts, 

J’ai bien peur d’être un désastre-in-progress

Et il se pourrait bien que mon tsunami ne mène à rien de bien spectaculaire 

Mais on dirait que pour la première fois j’ai quelque ambition 

D’être quelqu’un pour quelqu’un 

Ça alors, moi qui me croyait si solitaire

J.K

May it’s all because I have a ice heart

Je me boirais bien une tisane 

s’il n’était pas 5h du matin 

Je regarderais bien la télé 

Si je n’avais pas autre chose à faire 

Je mangerais bien un sandwich 

Si je n’avais pas si mal au ventre 

Je ferais bien quelque chose de magnifique et « profondément impactant pour mon existence » 

Si je n’avais pas autant envie de dormir 

Cette journée qui commence pleine de possibilité 

J’ai déjà envie de l’étrangler 

Je me demande pourquoi je n’écris que des trucs de dépressif dernièrement 

Je voudrais un grand lac d’eau glacé 

Je voudrais m’y plonger tout entier 

Ressortir tout neuf et si gelé 

Qu’une pichenette pourrait me briser 

Je tenterais de respirer et me briserait en poussière blanche 

Jamais je n’aurais été autant moi-même 

L’espace de 5 secondes, tout le monde m’aurait vu tel que je suis 

Et à défaut d’être constructif,

J’aurais au moins brillé au soleil levant 

J.K

Hello, hello

I like this moment 

Where I’m perfectly awake 

And ready to blow up in stupidity 

HAHAHAHAHA 

Screams the face of death 

Now you really ready to look at me in the eyes 

And dance with the possibility of your end 

Welcome child 

Now you really know 

What it means to have your heart beating 

Happy New Year Mr Salary-Man

https://www.youtube.com/watch?v=FWPntt8XQBo

Cette année je ferais bien une chose 

Brûler les listes 

De tout ce que j’ai prévu de faire 

Et recommencer tout à zéro 

Comme si le monde lui-même n’existait pas 

Je vais commencer par me faire un café 

Et regarder le ciel 

A partir de là 

Tout ne sera 

Que complication inutile 

Je voudrais mettre mes pieds dans l’eau une dernière fois 

Mais il parait que j’ai une valise à préparer 

Comme si un sac à dos ne suffisait pas 

Je suis une to-do-list ambulante 

Il est temps de se délester 

Mais le monde est un encombrement 

Qui n’attend 

Que de se jeter à ma figure 

Si je l’ignore 

Combien de temps prendra t-il pour se rappeler à moi ? 

Quelque chose me dit qu’il suffit que j’attende 7h 

pour que tout le monde se lève 

Et que la journée disparaisse 

De combien de temps je dispose vraiment ? 

A peu près 25 secondes 

Ma vie est un paillasson 

Sur laquelle le monde vient s’essuyer les pieds 

Si je supprime la porte, qui continuera à passer ? 

Je voudrais vivre hors du monde 

Du désert et un sol lunaire 

Les vacances sont si courtes et pourtant je n’avais qu’une hâte: 

Qu’elles en finissent, pour qu’elles arrêtent de me décevoir 

Mais maintenant qu’il s’agit du retour  à « tout le reste » 

J’imagine en secret une route qui ne s’arrête jamais 

Un endroit enfin où plus rien ne risque de se passer 

Un espace de métal sacré empêchant tout intervention 

Un répondeur que je laisse saturer . 

Disparition. 

Voilà le mot de 2021 qui me fait vraiment rêver. 

J.K